Ambroisie l’affaire de tous

Hier, mardi 8 novembre, à Beaumont, c’est tenue une conférence animée par Pascale Tarrade, animatrice régionale du plan de lutte contre l’ambroisie « Ambroisie, gérer sa présence dans les collectivités ». Les principaux thèmes abordés ont été les suivants :

  • reconnaître et savoir où trouver l’ambroisie
  • cycle de développement
  • incidence sur la santé
  • gérer la présence de l’ambroisie
  • destruction de l’ambroisie

En savoir plus sur cette plante :

L’ambroisie est une plante nuisible envahissante qui pose un réel problème de santé publique. Originaire de l’Amérique du Nord, elle colonise chaque année davantage de territoires.
Les allergies à cette plante peuvent toucher jusqu’à 20% de la population.
La pollinisation (émission de pollen) de l’ambroisie se fait de fin juillet à fin octobre.
Les symptômes les plus courants sont de même nature que le rhume des foins.

Ils prennent plusieurs formes :
RHINITE : nez qui pique, coule, éternuements
CONJONCTIVITE : les yeux sont rouges, gonflés, larmoyants et ils grattent
TRACHÉITE : toux sèche
ASTHME : difficulté à respirer, parfois très grave chez les personnes sensibles
URTICAIRE, ECZEMA : atteintes cutanées (rougeurs, boutons, démangeaisons)

Les symptômes sont d’autant plus prononcés que le taux de pollen dans l’air est élevé. Alors que les classiques rhumes des foins apparaissent en mai-juin, les allergies provoquées par le pollen d’ambroisie sont beaucoup plus tardives : elles commencent en général vers la mi août et peuvent se prolonger jusqu’en octobre, avec un maximum d’intensité en septembre.
A cette période, l’ambroisie est la principale cause d’allergies. Le diagnostic est donc assez facile à poser dans les régions où la plante est présente, ainsi que dans les zones où le vent est capable d’apporter du pollen.
Dans tous les cas, il est recommandé de consulter un médecin, voire un allergologue.

Pour pallier à ce problème de santé publique, l’ARS Auvergne a élaboré un plan d’action Régional de lutte conte l’ambroisie en 2012. Chaque département de la région Auvergne dispose d’un arrêté obligatoire de cette plante.
Pour que la lutte contre son développement soit efficace, elle doit se faire dans le cadre d’actions territoriales coordonnées et inscrites dans le temps. C’est pourquoi le plan régional prévoit la mise en place de « référents ambroisie » désignés par chaque collectivités (agents ou élus) formés à la reconnaissance de cette plante et à la reconnaissance de cette plante et à sa gestion.

Pour vous aider :
ARS Auvergne
Fredon Auvergne